A Fat BlackOldWomanLove Story Ch. 04

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Brunette

Elevator Dreams

I’m flattered by the many nice and inspiring responses of the stories I wrote so far. Many are from men, some of women. I’ve received one from a woman of my own age. She is, just like me, a fat black old woman. We’ve started a chat session and she told me about a young white man, who lives in the same apartment building. I encouraged her to write down her fantasy about him. She asked me if I could edit it for her and permitted me to submit it with my other stories. Here it is!

It’s some time ago I’d visited your site and read the story about the fat black old woman with her young white lover. I read a lot and like stories; sometimes I search the Internet and download an Ebook. And by searching I ended at this site and my curiosity brought me by the story. Well, it took my breath; I’ve downloaded it, printed it, and read it many times. It awakened my deep hidden feelings and described my secret wish, completely surrender to that psychical pleasure with a man; it kept my mind busy. I also must admit, when I read the story, I was jealous of the woman and her young white lover.

After reading the story, and especially the advice in the end, I’ve observed men in my surrounding. Unfortunately no men gave me that eye which gave me hope to fulfill my needs. Finally I may have something interesting to tell. Live has his surprises and it didn’t pass my door.

I’m also a fat black old woman, divorced and live for twenty years alone. My two children left home long ago to settle their own family and made me a grandmother of three. It’s a pity they don’t live near and my communication with them is mostly by phone or by Internet. I see them a few times a year when I visit them or they visit me. Sometimes I feel very lonely. Although at the age of sixty-three, my sexual feelings didn’t fade over the years. In the first years after my divorce I had a lover now and then, but when I passed the age of 50, nobody seemed to find attraction in my fat black old body. In any case, I thought they weren’t and in case they did, I didn’t notify.

About six weeks ago I came home from my weekly grocery shopping; I do this every Thursday. I live in a big apartment on the seventh floor and have to take the elevator to get to my house, the first apartment on that floor. In my arms I held two paper grocery bags and had trouble pushing the button of the elevator. Some young white man stood next to me, I think he was in his mid thirty, and pushed the button of the elevator to get it up. He had a sign of authority I admire in men. I’m a very shy woman, a type that fits to authority.

We stepped in the elevator, he pushed the button of the third floor, and with some strain I pushed it of the seventh floor. Nothing was said between us; I only saw the young white man, staring at my voluptuous boobs. They looked even bigger because my coat was open and the two paper grocery bags seemed to push my voluptuous boobs more in front as they usably do. And I saw this young white man staring at them and then again in my eyes, somewhat imperative. And when they look that way, with some man I feel a powerful instigation to obey. I don’t know what is, but I think it’s in my nature to serve. And if it is, somehow I know what the man’s wishes are without telling me. I think it’s my urge to make him contented.

It’s very long ago I had that feeling. I live alone for over twenty years now and from then I always made my own decisions. The last time I had that feeling was when I was married with my ex-husband. So it was a very strange feeling when I notified I had this with this young white man again. Somehow I could feel this young white man would like to lay his hands on my voluptuous boobs. He was staring at me intensely.

I’m a submissive woman and as I had to obey, I did one step forward to him so he could touch them. But he didn’t respond. I was too shy to ask him if he wanted too; I was just waiting for him to act. But he didn’t; he just kept staring.

I was a little confused and I stepped back again thinking I probably wrong in this, feeling inconvenient I estimated it wrong. I felt a kind of relief when the elevator stopped on the third floor and this young white man stepped out. When I arrived on the seventh floor I went into my house with a strange feeling that kept with me for the rest of the day.

That night I had my first weird dream:

I was standing in the elevator with both paper grocery bags in my arms; the young white man was also in the elevator. I remember the elevator did raze very slowly. The young white man smiled at me, I could see he had nice blue eyes. His friendly look changed suddenly; I saw signs of lust in his eyes. Suddenly he pushed the stop button of the elevator and stepped forwards to me. I took one step back and noticed I was trapped in the corner of the elevator. I was wearing an open coat with beneath it a blouse and a skirt. It was a bit of imminent but for some reason I had no control over me. The young white man Escort stood in front of me and grabbed me by my voluptuous boobs. For some reason I was frozen; still holding the paper grocery bags in both arms. I think I was dazed for that moment.

It was just like a silent movie; no word was said. The young white man massaged my voluptuous boobs and I remembered it wasn’t unpleasant. On the contrary, I notified my nipples became hard and I felt a tinseling in my body. Then the young white man unbuttoned my blouse. He pushed down the front side of my bra and my big black boobs popped out of it. With both hands he grabbed one of my big black boobs and with his thumb and forefinger he began to squeeze my big dark brown nipple for a while. After doing the same with my other boob the young white man began to suck them, bite them and then suck them again, one by one.

Still standing with the paper grocery bags in both arms, I was fascinated by the actions of this man. As if my groceries where more important that the chastity of my body, I let him do with me what he desired for that moment. It excited me and I was fixed on his movements. I have that touch of submissive, letting this young white man touching me this way. I even felt some wetness between my fat pussy lips come.

I could have let go of my groceries and punched him or put a powerful knee at his cross. But I didn’t, that’s not in my nature. On the contrary, deep inside I felt the instigation that he would go on. Still standing like a statue with the paper grocery bags, waiting what next would happen, I felt the arms of the young white man reach upon my waist.

Still fixed I notified that he unbuttoned my skirt, pulled the zipper of it down and then I felt this man pulling down my skirt until it felt upon my ankles. The next move he made was pulling my underpants down over my big black ass until it hangs upon my ankles. I stepped out of it. The next thing I felt was his feet against the inner side of my right feet. By pushing it, my legs were spread. I remembered holding my breath when this young white man touched my gray fizzy pubic hair and did slit a few fingers between my fat black pussy lips.

I was glad my pussy was already some juicy. As obviously, still holding those paper grocery bags in my arms, I automatically bend a little more my knees as if I would let the young white man had easier access between my pussy lips with his fingers. I don’t exactly know how he did it, but I felt two or three fingers inside my pussy pumping and with his thumb and forefinger he massaged my swollen clit. It felt that good that I couldn’t hold back a loud moan and some more of my juices began to flow.

It must been a bizarre sight; me, a fat black old woman of sixty three, there standing with her paper grocery bags still in both arms, being fingered by this white young man. And what was more bizarre, I enjoyed it! My moans became heftier and I felt a hot tinseling inside my fat pussy; my breathing became heavier and my tummy automatically followed the rhythm of his pumping fingers inside of me.

I remember I came with a loud groan; my body trembled as I ejaculated; I felt my juices flow and dripping from between my fat black pussy lips. I had my eyes closed and when I notified this white young man removed his fingers from my soaking pussy.

I opened my eyes and saw him smile at me. Slowly he brought his fingers to my mouth. I opened my mouth and one by one he putted them in it, licking them off one by one.

I was still staggered when this man pushed the button of the elevator; it stopped again and this white young man stepped out. I couldn’t remember which floor it was. The doors closed again and went further up. I was still standing there as this man has left me until the elevator stopped at the seventh floor and the doors opened…

Then I wake up, it took me quite a while to recover. I realized it was just a dream, but sure an intense one. I notified by my surprise I had an orgasm during this dream, I felt wetness between my thighs and when I raised the quilt, a heavy smell of my juices raised upon it.

I slipped my hand inside my underpants en felt between my fat black pussy lips. Indeed it was wet! I took my hand back and smelled on it. Oh yes, it really had a strong smell. I still had that prodigious feeling. With years absent of fulfillment of passion with a man now and then I got an orgasm in a dream, but as heavy I got with this dream I never had.

My heart still was strong beating and I tried to breath deeply to calm down. When I got some more control, I went out of my bed, went to the bathroom to clean myself, and changed my smelly underpants. Then I went back to bed and tried to sleep again. But this weird dream kept me busy and kept repeating in my head.

In the morning I stood up and took my breakfast. During that morning the dream kept my mind busy and I took place behind my computer; started the word processor and wrote down this weird Escort Bayan dream. After doing that I got some relief in my head.

It was about a week later when I came back from grocery shopping I got some other weird dream:

Again I was standing in the elevator again with two paper grocery bags in my arms. Though it was a warm day, I only wore a blouse and a skirt. Just before the elevator doors closed, the same young white man I dreamed before of, stepped in. Again he looked at me with a big smile and I nodded back. I was just staring at him.

I saw the man pushed the stop button of the elevator. As if I knew what would happen, I let this white young man unbutton my blouse. He putted his hands in my big bra and took my voluptuous black boobs out. A lust within me rose when he twiddled them and variable squeezing them. By the time he began to suck them, my big dark brown nipples felt rock hard and I notified the first drops of juices filling my underpants.

I had my eyes closed to concentrate on this marvelous feeling. I opened my eyes when this young white man stopped and grabbed me by the arm. With a little push of him I understand he wanted me down on my knees. I still had the paper grocery bags in my arms and he helped me to get down. When I sat on my knees, I got loose of the grocery paper bags and looked up against the young white man, waiting for his demand.

Sitting there in front of him on my knees it wasn’t for me a guess what he wanted from me. Although very long ago, I’ve been in that position many times before, pleasing my husband in front of me that moment. Just like in the other dream I was obedient; willing to do whatever this young white man demands. To be honest, I experienced it as a very thrilling.

I waited in silence when this young man unzipped his pants, then exposing something I hadn’t seen for many years. A proud huge white hard dick was just a few inches from my face and I really was impressed. By my surprise it was completely hairless, no pubic hair at all. Just the sight of his measure gave my fat black old body an immense tinseling and wetted my underpants even more.

Also in this dream, no word was said but I knew this young white man’s desire. Fixed on this stunning hard piece of white meat, I reached out for it and touched it. I can’t describe exactly what went through me, but you will assume I’ve got very exited. I hadn’t touch such a firm dick for over more then fifteen years, so you may believe I was more then willing to fulfill this white young man’s need.

Also it was for the first time I saw a white man’s dick; my former lovers were black and I hadn’t got the opportunity to observe a white dick until now. Although a dream, something in my sub consciousness did stir this heavily over weighted black old woman strongly. And sure, I wasn’t disappointed. If this young white man’s hard on was an average for white men, no woman would have any complain about its size. This one easily could compete with a black man’s dick in any case; it turned me on a lot!

I clasped my right hand upon this delightful present and began softly to stroke it. I took my time, up… down, up… and down again. I cupped his balls, softly squeezing them. When I saw the first pre cum oozing out of the slid of his forehead, I bended forward and licked it off with the tip of my tongue.

With my two fingers around his big stick and still cupping his balls, this young white man almost impatient pressed his massive hard on against my mouth. I was still aware of his desire but wanted to take my time to get the maximum joy of this delightful peace of meat. For this moment my existence seemed to be based on pleasing this young white man. I was fixed on it and whatever his wishes were. I would obey and accomplish.

I began to lick the shaft of his hard on, sometimes softly bit on it. I cautiously observed the reactions of the young white man; my dedication was to give him total satisfaction of his needs. And be honest, what fat black old woman of sixty three would, sitting on her knees in an elevator, pleasure a white young man’s full-size hard dick; maybe a few among the thousands of them on this earth.

And although it was a weird dream, I found great pleasure in it. I continued my licking and I did well as I noticed; with short intermissions I could hear this young white man’s groans, which spurred me to do even better. I knew how to increase the lust of this man and I finally did what he desired most, putting his hard dick into my mouth.

I opened my mouth, wrapped his delightful large hard dick around my big lips, and slowly began to suck on it. First at the swollen head, then licking, and nibbling on it. Variable I deep throated this young white man’s large hard dick. But it was that large that I could only swallow half of it; I’m a woman capable of putting a man’s dick deep in the throat without puking, but the size of this one was too much for me.

In any case, by hearing Bayan Escort the increase of this young white man’s groans, he seemed very contented with my treatment. I wrapped my lips a bit firmer around his large hard dick, and made movements as giving him a hand job with my mouth! The reactions of this young white man exited me very and it pleased me a lot. As I paused for a second to get any breath, the man began to mouth fuck me. His fierce large dick began to expand even more that it already was and I notified the tense of it.

I knew by experience that it wouldn’t be long he would inject his load into my mouth. I began zealous sucking the young man’s large hard dick, as it was my mission to give him that desired relief. I stilled cupped his balls, and I could feel the stir of the need to release the cargo. Although I was prepared to receive this (and willing too) it’s always an unexpectedly surprise when a woman’s mouth becomes injected with a man’s sperm.

This white young man had a lot in stock; still with my big mouth lips around his large spurting dick, my mouth was that filled with his semen that his sperm was gushing out of my mouth while his large hard dick kept filling it. It came down in torrents and I could feel it flow from my chin upon my massive black boobs.

It exited me; I felt a great orgasm myself. My underpants became really wet. I had done as this young white man desired from me. I had the consciousness that I had done my job very well. I felt glorious but also a bit humble that a fat black old woman like me had the opportunity to get this young white man his desired relief.

My chin and massive black boobs were overflowed with his thick sperm and I swallowed what’s left in my mouth. I looked up against the young white man; I was still holding his now half erected, bald dick with my fingers. He nodded at me; I knew what my last assignment was. His large dick was covered with his seed and carefully I began to clean it with my tongue.

As done the young white man putted his dick back in his pants, pushed the button of the elevator and stepped out when it stopped. It was the third floor I notified in a flash. Before he left, he pushed the button again and the doors closed again. There I sat, a fat black old woman of sixty-three, with chin and her massive black boobs covered by the young white man’s seed, on the floor of the elevator, still thrilled what just happened…

I wake up from this rare dream; again still heavy breathing and with a pounding heart. While lying in bed, I repeated this dream as it was a film I was watching. I was wondered by the question how this young white man knew at what floor I live. I remembered, when I sat alone on my knees in the elevator, it stopped on the seventh floor!

As by the other dream, I slid one hand in my underpants to notify again I had a huge orgasm during this exiting dream. When I was eased down a bit I went to the bathroom to clean my wet pussy.

In a spur of the moment I decided to get rid of my gray fizzy pubic hair and shaved my pussy bald. It felt very nice. After that I got me fresh underpants.

By experience I knew, when I would return to bed, I wouldn’t get to sleep. I started the computer and wrote down this exceptional dream in the word processor. Although weird, again it was for me a very pleasant dream and an acceptable replacement of lack of real sexual experience. I think I should grocery shopping often than once a week!

Some days later I had my next weird dream:

I came back from grocery shopping and stepped in the elevator again with two grocery shopping bags in my arms. It was very warm that day, and again I was wearing a thin blouse and a thin skirt. I stepped at the back corner of the elevator and bended down to put down the grocery bags on the floor.

As I was doing so, I heard a quick step behind me. Someone who want get into the elevator before the doors closed, I guessed for that moment. I heard the doors closed. Just when I got loose of the two grocery paper bags, and prepared to get upward again, I felt a strong hand holding me down by my neck.

I became frightened to be robbed. I felt another hand on my huge ass and that hand was squeezing and massages them. Then I knew it was the young white man again.

My submissive state of mind immediately took possession of me, obliging again to co-operate with his desires. There was no other way for me, it gave me great satisfaction I was the one to fulfill it. The thought of it that I, a fat black old woman of sixty three, was chosen to satisfy this young white man’s lust. It aroused me and was desirous waiting what he would do with me.

To make myself some comfortably. I leaned with both hands against the wall of the elevator, still bending forwards, looking at the floor. I knew he wanted me to stay in that position. The young white man notified I was co-operated and let loose of the hand in my neck.

Now with both hands he fondled my huge black ass and sometimes giving it small slaps. It was a stunning feeling; my bald fat pussy got moistens. Now the young white man lifted my skirt above my huge ass and began to pull down my underpants, until it was wrapped upon my ankles.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

2eme place 6

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

2eme place 6(trouver sur le net)Steven—-Le mari de Terri, Steven faisait des rêves bizarres. Non pas qu’ils soient le moins du monde déplaisants. Dans ses rêves, des femmes étaient avec lui au lit, soit en train de le sucer, soit en train de le baiser. Dans l’ombre, son épouse regardait de la porte de la chambre, en se masturbant. C’était assez flou, mais il savait à la façon dont elle soufflait qu’elle prenait son pied à regarder. Au cours de leur mariage, il l’avait déjà entendu haleter comme ça, quand il mettait sa langue au bon endroit et s’attaquait sans relâche à son berlingot. Parfois Terri donnait des instructions à l’autre femme ou aux autres femmes sur ce qu’elles devaient faire. Et quelques fois, dans ses rêves, après qu’il ait joui que ce soit dans la bouche ou dans la chatte de la femme partageant son lit, Terri descendait avec la femme et baisait avec.Steven pensait que son imagination lui jouait des tours. Mais il ne se sentait pas coupable pour autant… Sa femme semblait avoir perdu toute trace d’appétit sexuel. L’autre nuit, il y avait une grande fête chez Scott. La femme de Scott, Angela, était allée au vidéoclub pour choisir ce qui lui semblait “approprié” pour une teuf de mec, puis elle les avait laissés seuls pour qu’ils en profitent. L’actrice porno dans le film avait une ressemblance troublante avec Terri, et après la première scène où la jeune actrice blonde se tapait trois types du courrier, Steven se trouva une excuse et rentra vite chez lui. Il était surexcité, il grimpa dans le lit de sa femme, bandant comme un dingue. Mais elle se contenta de le repousser. C’était devenu la norme.Terri passait aussi de plus en plus de temps hors de la maison. Quand il lui posait des questions à ce sujet, elle se mettait en colère contre lui, l’accusant de ne pas lui faire assez confiance. Il remarqua aussi — mais choisit de ne pas l’interroger dessus — sa nouvelle garde-robe. Des mini-jupes, des camisoles sexy, des robes au dos nues, des soutiens-gorges et des culottes en dentelle, des corsets, des portes-jarretelles, des collants en résille.Steven se sentait de plus en plus frustré. Alors, quand Carrie, une intérimaire travaillant à son bureau, l’invita pour un déjeuner, puis pour un dîner, il accepta.Danielle——–La revanche était douce, se fit comme réflexion la femme d’affaires en posant le pied hors de la douche et en se frictionnant d’une serviette. Le regard dévasté sur le visage de la petite pute snobinarde, quand elle avait appris que son alliance était mise en gage… elle avait de quoi se donner une centaine d’orgasmes. Et Danielle avait déjà pris un bon départ pour atteindre ce nombre. Sur le chemin du retour, elle avait bien profité des embouteillages, utilisant intelligemment ce temps pour que sa chatte refasse connaissance avec son vibromasseur favori, pour le compte de trois orgasmes. Elle s’en donna un autre quand elle glissa le jouet plein de mouille dans son cul serré. Elle laissait les chauffeurs autour d’elle déconcertés, ils n’avaient jamais vu quelqu’un si heureux de passer du temps dans les bouchons. Rentrée chez elle, sous la douche, elle avait laissé ses doigts prendre la relève, elle avait atteint deux fois le nirvana. Elle régla alors la tête de la douche et se coucha sur le sol et, écartant ses jambes, elle laissa le jet haute pression buter contre son haricot. Elle en eut des spasmes quatre fois, imaginant la langue de sa pauvre secrétaire en train la lécher.S’installant sur son lit, Danielle retira sa serviette et ses doigts retrouvèrent leurs marques. De sa main gauche, elle jouait avec son clitoris ; de sa main droite, elle s’enfila un, puis deux, et finalement trois doigts. C’était merveilleux, le seul problème était que ses mains commençaient à lui faire mal. Danielle aurait souhaité que sa secrétaire/esclave soit là pour la servir. Puis, elle pensa sadiquement : “pourquoi devrais-je juste le souhaiter? J’ai cette petite putain à ma botte!”Haletant très fort, l’accaparante patronne prit son téléphone, et tapa un numéro qu’elle connaissait par cœur. Ce numéro allait faire sonner un pager quelque part en ville. Et si à la suite de son bip, elle ne recevait pas de réponse dans les dix minutes, cela causerait l’envoi d’un certain nombre de paquets et de lettres compromettantes auprès du mari d’une certaine bimbo blonde.Danielle remit le combiné sur son support. Elle s’allongea sur le lit, l’oreiller était mouillé à cause de ses cheveux… et ses draps étaient mouillés à cause de sa chatte dégoulinante. Elle attendit.Quand le téléphone commença à sonner, elle décida de ne pas y répondre tout de suite. Elle souriait, elle approcha son majeur de sa bouche, et le fit entrer, suçant lascivement le délicieux nectar qui le couvrait.La vengeance était très douce.Carrie——La jeune femme chevauchait son amant en se donnant à fond. Le fait qu’il soit un homme marié ne l’excitait que davantage. Et puis vu toutes les vacheries que l’épouse de cet homme avait fait endurer à sa meilleure amie, Carrie n’avait aucun complexe à la faire cocue. Ce n’était pas la première fois qu’elle s’envoyait Steven bien sûr… Mais c’était la première fois qu’il était conscient qu’elle le baisait. Et Carrie voulait que Steven sache ce que se faire baiser par Carrie voulait dire.Carrie aimait être dessus. Elle avait le control, et pouvait mettre la queue de son amant aux bons endroits. Quand elle le sentait proche de jouir, elle pouvait facilement se retirer et le laisser décompresser un peu. Ce qu’elle avait fait plusieurs fois, au cours des deux heures de baise époustouflante qu’ils venaient de vivre.« OH PURRÉEEEEEEEEE….. VAS-Y MON CHAUD LAPIN…….C’EST SI BON…..OUIIIIIII!!!!!!! articula Carrie. Ouuui…. ta femme ne sait pas…. à côté de quoi elle passe…. OUI!!!!! OUI!!! OUI!!! OUUUUUUUIIIIIIIIIIII!!!!!!!!!!!!!!!! » Carrie se prépara, comme si sa vie en dépendait, et les deux amants jouirent simultanément. Les muscles de sa boîte à mouille furent pris de spasmes et se contractèrent autour de la queue palpitante et giclante de Steven qui lui remplissait son trou de semence gluante.Quand Carrie se sépara de la queue de Steven, elle remarqua qu’elle était encore dure. Ça n’allait pas se passer comme ça! La lui prenant dans sa bouche, elle voulut lui donner après ce qui avait été la baisse de sa vie, ce qu’elle espérait être la pipe de sa vie. Elle lui aguicha le gland, jusqu’à ce qu’il lui att**** l’arrière du crâne et la presse de lui prendre son chibre tout entier dans sa bouche. Ce qu’elle fit avec plaisir, donnant de grands coups de langue et suçant cette magnifique bite, jusqu’à ce quelle gicle à nouveau sa délicieuse crème, cette fois dans sa bouche chaude et humide.Carrie descendit du lit. Son amant voulut en faire autant, mais elle le repoussa gentiment – mais fermement.« J’ai une petite chose à faire. Je serais de retour dans un moment. Reste ici.— Ma femme… commença Steven— …est probablement sortie, à faire Dieu sait quoi, jusqu’à minuit passé. Tu l’as dit toi-même. Reste au lit… Et je veux que ta belle bite pleine de sève soit prête pour moi quand je serais de retour. » Pour souligner son propos, la voluptueuse jeune femme prit le chibre semi-bandé de Steven dans sa bouche et lui donna quelques caresses mouillées. Remua-t-elle? Carrie n’attendit pas pour le savoir.Enfilant une chemise de nuit, elle partit de la maison et sauta dans sa voiture. Elle feint de ne pas savoir où elle allait, mais en réalité elle le savait précisément. Elle franchit le point de non-retour quand elle prit la sortie menant à la maison de Terri.”D’accord, je *suis* curieuse. Et alors? Faites-moi un procès!” s’amusa-t-elle. Blague à part, Carrie s’était sentie fébrile lors de ses précédentes rencontres avec Terri. Elle n’avait cependant pas voulu l’admettre devant Danielle. Mais Danielle avait Terri à sa merci, ce qui permettait à Carrie d’avoir à sa disposition un automate qui ferait tout ce qu’elle voudrait, et à l’allure qu’elle voudrait.Oisivement, la jeune fille se demanda si la salope d’épouse reconnaîtrait le goût du sperme de son mari dans sa chatte.Ça n’avait pas vraiment d’importance, Carrie avait de toute façon l’intention de lui dire.Terri —-Son cul lui faisait mal. Tous les jouets sexuels — et les bites d’hommes — qui avaient été dans son cul ces derniers jours lui avaient déchiré la membrane de son canal anal. Mais le pire était les affreuses chatouilles que lui causait son fion pendant qu’il guérissait. Elle se mettait parfois à espérer que Danielle l’envoi Escort dans une chambre d’hôtel pleine d’hommes qui lui ramoneraient son étroit trou du cul pour faire cesser ces démangeaisons.À part ça, Terri en était encore à essayer de retrouver sa stabilité. Elle était déjà bien pourvue en matière de poitrine avant que Danielle ne lui impose son “indispensable” opération des seins. Et avec son nouveau bonnet F, son centre de gravité avait changé, elle avait même failli basculer plusieurs fois en avant. Et bien sûr, il y avait les regards indiscrets à chaque fois que Danielle l’envoyait effectuer quelques insignifiantes commissions. Que sa patronne lui ait interdit d’acheter de nouveaux vêtements ne rendait pas les choses plus faciles. Elle se trouvait confinée dans des tenues que ses nichons faisaient presque exploser.Debout, toute nue dans une chambre à coucher elle se regardait dans le miroir. Son était visage strié de larmes, il y avait de quoi : ses obscènes nichons géants, sa toison pubienne teinte en noire (pour faire croire aux gens qu’elle n’était pas une vraie blonde.) Terri se demandait comment en avait été réduite à ça. Il lui semblait qu’hier encore elle était l’une des femmes d’affaires les plus brillantes de la ville. Et maintenant, et bien, elle faisait juste d’autres sortes de négociations, pensa-t-elle amèrement. Comme pute.Ses pensées furent interrompues par le bruit strident de son bipeur. Quand elle regarda le numéro affiché, elle vit que c’était Danielle qui l’appelait. Encore des humiliations et des dégradations en perspectives. Terri comprima ses énormes nichons sous sa robe, manquant de la déchirer, et se mit à sangloter sans retenue. Puis, elle reprit le contrôle d’elle-même, et se mit en route pour accomplir les devoirs qu’exigerait d’elle sa patronne.8ème chapitre : La crémaillère des nichonsEn prenant l’ascenseur jusqu’à la salle de bal qu’elle avait louée à la demande de Danielle, Terri savait qu’elle en serait quitte pour une soirée humiliante. Un des murs de la cage d’ascenseur était constitué d’une surface réfléchissante, et elle put réexaminer son apparence. Un chemisier blanc boutonné, un peu serré pour elle, mais autrement plutôt ordinaire… si ce n’est que les trois boutons du haut n’étaient pas attachés, offrant ainsi une impressionnante vue sur son décolleté et son nouveau bonnet 95F ainsi qu’un aperçu sur son soutien-gorge en dentelle. Sa mini-jupe verte en cuir était assortie au sous-tif (et à son string, pensa sombrement Terri, qu’avec un peu de chance elle n’aurait pas à montrer avant les vingt premières minutes de la fête.) Elle ne portait pas de collants, mais des espadrilles blanches à talons hauts de dix centimètres. Pour toute l’assemblée, Terri aurait l’air d’une serveuse de bar. Terri examina son visage. Elle avait fait une permanente et portait un très joli maquillage. Après tout, elle était l’hôtesse d’une fête très importante! Elle sortit de son sac à main un eye-liner, et retoucha les zones qui nécessitaient une révision à la suite de ses crises de larmes en voiture.Terri régla ensuite un minuscule appareil dans son oreille. Presque invisible pour un observateur, il était en plus dissimulé par sa magnifique chevelure blonde. L’oreillette était reliée à un émetteur à distance, par lequel Danielle lui donnerait des instructions pour l’humilier encore plus copieusement cette nuit.Dans une petite pièce dédiée à cet unique but, Danielle regardait la fête sur une série d’écrans de vidéosurveillance. La machiavélique femme avait déclaré le bar ouvert, et un bon nombre d’hommes en profitaient déjà. Les femmes étaient notablement absentes. Il y avait une bonne explication à ça : quand Terri avait rédigé les invitations pour le pot d’entreprise, Danielle avait fait bien attention de sélectionner toutes les invitations pour les employées femmes et les avait passées à la broyeuse à papier. Le résultat était un pot avec environ trente employés mâles, et une super-salope blonde qui allait connaître intimement tous les hommes présents à la fête avant que la nuit ne soit finie.L’ascenseur s’arrêta et Terri en sortit. Elle remercia le ciel d’avoir eu la cage d’ascenseur pour elle toute seule. Elle avait été sur le point de s’écrouler en larmes et n’avait réussi que de justesse à reprendre contrôle sur elle-même. Dans le couloir sortant de l’ascenseur, elle dut à nouveau faire face aux gens qui la regardaient fixement. Elle refoula ses larmes et tenta d’avoir des pensées positives. Au moins Danielle l’avait laissée acheter des vêtements qui lui allaient. Elle n’avait plus à forcer ses nichons éléphantesques dans des tenues trop petites. Non qu’elle risque de garder ces vêtements longtemps sur elle, se fit-elle amèrement la réflexion. Elle espérait au moins pouvoir se rhabiller avant de rentrer chez elle ; Danielle et ses amies l’avaient déjà forcée à rentrer à la maison en ne portant que son soutif et son string.Elle était à la porte de la salle de bal. Elle aurait voulu courir au loin, mais elle n’avait nulle part où fuir. Danielle la tenait à sa merci. Ce n’était pas seulement la menace que Danielle avertisse Steve de ses activités extra-conjugales… Ce point n’avait plus grande importance. Carrie la jeune pouffiasse que Danielle avait amenée avec elle à son domicile — et qui était revenue plusieurs fois d’elle-même pour expérimenter le lesbianisme avec Terri — s’était vantée d’avoir baisée Steven. Terri n’avait pas voulu la croire jusqu’à ce qu’elle soit forcée d’en lécher les preuves qui sortaient d’une chatte toute juste tringlée.Ce qui effrayait vraiment Terri était toutes les choses illégales que Danielle lui avait fait faire. D’abord, il y avait l’affaire d’espionnage industriel, quand Terri avait commencé à “travailler” pour Danielle et avait volé des archives confidentielles à son ancienne entreprise. Puis il y avait la prostitution, dont Danielle gardait des preuves ainsi que des documents visuels. Enfin, Danielle menaçait d’envoyer les cassettes vidéo et les photographies compromettantes à toute la famille de Terri, en plus de Steven.Terri n’avait pas le choix. Elle ouvrit la porte et entra en scène. Trente des employés qu’elle côtoyait — tous des hommes — étaient assis aux différentes tables. Puis, elle remarqua avec un serrement de cœur que plusieurs caméras vidéo avaient été installées, Danielle aurait des enregistrements permanents de la fête pour la faire chanter. Même si, après cette nuit, plus personne n’aurait de doute sur le genre de traînée qu’était Terri.Les têtes se tournèrent pour mater la belle jeune femme. Les conversations s’arrêtèrent et les bouches se mirent à gober les mouches. Tous les yeux étaient braqués sur Terri — enfin, pour être plus précis, sur la poitrine de Terri. Beaucoup de ces hommes avaient entendu des rumeurs sur la nouvelle arrivante, et beaucoup s’étaient déjà imaginé lui peloter ses seins bien fermes. Et c’était avant qu’ils n’aient grossi!Terri plaqua un sourire feint assorti à sa poitrine factice… et se dirigea droit vers le bar, trente paires d’yeux suivirent le balancement de son cul en forme de cœur, bien visible sous sa jupe serrée. Elle aurait besoin de quelques petits remontants pour passer la soirée.Une voix dans sa tête l’arrêta. En fait, la voix était dans son oreille, et lui parvenant à travers l’oreillette. « Pas d’alcool, trésor! Je te veux complètement sobre! » C’était la voix de Danielle. La garce ne voulait pas que Terri fasse quoi que ce soit qui rende son humiliation plus facile. « Pourquoi n’accueilles-tu pas tes invités comme il se doit? Remercie-les d’être venus. »Terri se retourna, faisant face à tous les hommes qui la fixait des yeux. « Merci d’être venue, » dit-elle simplement.Le quart d’heure suivant, Terri le passa à aller d’une table en table, saluant chaque invité. On lui posa des questions sur son opération des seins, auquel elle répondit. Danielle insista pour qu’elle propose de remplir à nouveau les verres. Elle était une vraie serveuse de bar, faisant attention -sur l’ordre de Danielle- à bien se pencher à chaque fois pour régaler les hommes d’une ravissante vue sur son décolletée.Quand Terri eut fini de trottiner pour servir la deuxième tournée (et qu’une Danielle invisible lui ait commandé de défaire un autre bouton de son chemisier), il y avait une belle bosse dans la plupart des pantalons. Scott, l’un des hommes qui était au courant de la situation fâcheuse où se trouvait la salope de l’étage – en ayant déjà eu plusieurs occasions d’en goûter les faveurs- lui Escort Bayan frappait les fesses à chaque fois qu’elle passait à proximité, sous les acclamations et les sifflements de ses collègues. La lubricité déjà apparente sur le visage de Scott effrayait beaucoup Terri. Elle gardait encore des marques après avoir été fouettée par Scott et sa femme dans la réserve.Ce soir, Scott aurait à jouer un rôle très important à jouer. Son épouse, Angela, avait été exclue à cause de son sexe. Mais en rentrant à la maison, Scott lui donnerait un compte-rendu exhaustif de tout ce qu’aurait fait Terri (incluant la qualité de ses performances…). Et le lendemain, Angela en ferait le récit à toutes les employées qui avaient été exclues ; et qui auraient deux fois plus de travail, puisque tous les hommes avaient reçu un jour de congé pour récupérer des festivités. Elle expliquerait clairement que leur travail supplémentaire était de la faute à la bimbo idiote aux grosses loches qui travaillait pour leur patronne.Terri recevait de nouvelles instructions de Danielle. Il était temps de passer à la phase suivante. Elle essaya de ne pas pleurer… mais finit par s’excuser pour aller aux toilettes quelques minutes.—————« N…nous allons jouer à un jeu… commença Terri— Strip-poker? » cria, plein d’espoir, une personne dans le fond. Tout le monde applaudit et rigola, excepté Terri qui rougit.Tremblante, elle continua. « Nous allons jouer à action ou vérité… Je serais… la seule… à qui vous poserez… des questions… » elle retint ses larmes, essayant de penser à des choses agréables…« Et n’espère pas prendre que “vérité” et pas “d’action”, » lui souffla Danielle dans l’oreillette.Un homme fut volontaire pour passer en premier. Terri choisit “vérit锫 As-tu déjà été infidèle à ton mari? »Terri chuchota un « oui », la foule répondit par des “ooohs” et des “ahhhs”.Personne suivante. Daniel, de la compta. Un type plutôt timide, Terri se risqua à dire “action”.Rougissant, le jeune homme bafouilla sa demande. « Défait… un autre de tes boutons… » Terri, un peu tremblante, obéie. Avec cinq boutons défaits, une bonne partie de son soutien-gorge vert était visible. Une sacrée vue.Les questions venaient de toute la salle. Vérité. Terri raconta sa première fois avec un homme. Vérité à nouveau. Terri admit qu’elle avalait le sperme et en aimait le goût (c’était en fait deux questions, mais personne — à part Terri — ne se gênait pour enfreindre les règles.)Action. Un autre bouton défait. Vérité. Terri admit qu’elle adorait exposer ses gros nichons devant des hommes. Action. Elle roula une pelle au nouvel arrivé des Ressources humaines, qui lui pelota ses plantureux nibards à travers sa chemise pendant que tout le monde l’encourageait. Action. Un autre bouton en moins. Le chemisier blanc de Terri était maintenant complètement ouvert, son délectable bonnet F fanfaronnant dans son soutif en dentelle vert.Puis… ce fut le tour de Scott. Terri ne voulait même pas commencer à imaginer quelle dégoûtante et perverse action il pourrait lui faire accomplir. Donc…— Vérité.— Vérité, » répéta Scott. Il se pencha en avant. « Es-tu mouillée, Terri?— Qu… Quoi?— Es-tu mouillée, bimbo stupide . Est-ce que ta chatte dégouline de jus? Est-ce que ça t’excite de faire ta pétasse? » Des bouches s’ouvrirent en grand, et tous attendirent la réponse de la jeune femme désemparée.« Non, » mentit Terri. Puis ses yeux s’écarquillèrent d’horreur comme Scott se levait.« Je crois que c’est fair-play que tu nous laisses vérifier… » Scott se baissa pour soulever la jupe de Terri, exposant son string vert. Qui était trempée. Pour qu’il n’y ait aucun doute, Scott introduisit sa main dans le string, caressa sa toison noire puis glissa son majeur dans sa boîte d’amour dégoulinante. Il le retira, et leva son doigt bien haut. Il scintillait de jus de salope, tout le monde pouvait le voir. On aurait dit qu’il faisait un doigt d’honneur à la foule. Puis il offrit son doigt à Terri, qui sanglotait doucement. Elle ferma les yeux et se résigna à prendre le doigt dans sa bouche, le suçant pour le nettoyer de sa mouille traîtresse. Les hommes pendant ce temps hurlaient d’une indignation forcée à son mensonge.« Il semble que tu nous as menti, vilaine petite fille… » chuchota Scott. Puis, plus fort : « Terri doit être punie pour ça. Mais d’abord, jetons un œil sur ce que nous sommes tous venus voir. » Scott arracha sauvagement le chemisier de Terri. Les sifflements augmentèrent, et les hommes pressaient Scott de lui retirer aussi son soutien-gorge.À la place Scott mena Terri à une petite table et la fit se courber dessus. Puis, sous le cri des hommes, il remonta la jupe, la lui retroussa sous le ventre et révéla la forme appétissante du cul de la secrétaire.« Cette salope doit maintenant recevoir sa punition. Je vais vous demander de vous mettre en ligne, pour que chacun de vous puisse fesser son joli petit cul. » Pour accentuer son propos, Scott caressa les fesses de leur hôtesse.Ceux d’entre vous qui ont une ceinture, n’hésitez pas à la retirer et à en faire usage si vous le souhaitez.— Scott… pitié… je suis désolée… supplia Terri tout bas.— N’oublie pas, dit en Scott en se penchant vers elle, de remercier chaque homme, et de t’excuser pour être une salope menteuse. Où l’on continuera toute la nuit. »Dévastée par les sanglots, Terri s’agrippa aux bords de la table jusqu’à ce que ses articulations deviennent blanches. Un par un, chaque homme s’approcha d’elle et la fouetta. Certains, par indulgence, n’utilisèrent que leurs mains nues. Le reste se servit de ceinture. Chaque fois Terri couinait : « Merci… je suis désolée d’être une salope menteuse… » Son cul était en feu.Après avoir fait la queue pour la fesser, deux autres files furent formées, l’une allant à la tête de Terri, l’autre vers ses jambes. Elle sentit son string se faire arracher, puis une grosse bite lui glisser dans la fente. Terri ouvrit la bouche sous le choc, ce qui permit de la fourrer immédiatement d’une autre queue. N’ayant pas d’autre choix en la matière, Terri fit ce qu’elle savait maintenant faire le mieux.————Dans sa cabine, Danielle regardait la scène grâce aux caméras de vidéosurveillance, elle avait le souffle court. Elle s’était déshabillée pour avoir facilement accès à chaque partie de son corps qui réclamait son attention. Comme, par exemple, sa chatte qui la démangeait en ce moment. La jeune femme d’affaires glissa son jouet favori dans sa foune en regardant Terri recevoir la punition qu’elle méritait.————Les hommes de la file “du bas” avaient le choix entre la chatte ou le cul de Terry, et un bol à punch rempli de préservatif était à leur disposition. Les yeux de la jeune femme s’étaient écarquillés en voyant la quantité de capotes dedans. Pendant ce qui lui sembla être des heures, Terri en fut réduite à n’être qu’une simple poupée gonflable, utilisant sa bouche, sa chatte ou son cul pour recevoir l’interminable suite de bites gonflées et pleines de sève de ses collègues.Enfin, tous les hommes étaient revenus à leur siège. Terry était pliée sur la table, immobile, humiliée et épuisée. Son ventre lui semblait gonflé par le sperme de toutes les bites qu’elle avait sucé. (La rumeur sur ses talents de suceuse s’était ébruitée, et beaucoup d’hommes qui lui avaient baisé la chatte ou son cul s’étaient retenus et avaient conservé leur foutre pour se faire aspirer par la bouche de la provocante secrétaire.)Scott arriva devant elle. « Debout, » grogna-t-il. Il remit brutalement Terri sur ses pieds. La bimbo blonde, vêtue de son soutien-gorge, de sa jupe et de ses talons hauts restait debout à regarder dans le vide. « J’ai une autre “action ou vérité” pour toi. Et tu connais maintenant la pénalité pour mentir… » Terri hocha la tête résignée. « Combien d’hommes peux-tu servir en même temps? »Terri calcula. « S… six. » On entendait à peine son chuchotement.« Six, » répéta Scott tout haut. « D’accord… Nous avons trente personnes ici. Nous allons former cinq équipes, et chaque équipe tringlera cette petite pute. » Il s’arrêta pour caresser les gros nichons de la jeune femme. « L’équipe qui te baisera le mieux gagnera un prix : un jour de congé » — il y eut des acclamations — « et notre petite Terri, ci-présente, fera tout ce que l’équipe gagnante voudra pour une semaine. » Il reçut un tonnerre d’applaudissements en réponse.Les hommes se divisèrent en cinq équipes. La première, dont faisait partie Scott, prit position. Dans un Bayan Escort premier temps, il fallait mettre la plantureuse secrétaire à poil. Sa jupe fut défaite et rejoignit son string. Puis vint le moment que tous attendaient, Scott se plaça derrière Terri et défit l’attache du soutien-gorge. Ses magnifiques et fermes seins de bonnet F furent exposés dans toute leur gloire, chaque homme resta silencieux, gravant cette magnifique vue dans sa mémoire.Puis il fut temps de la niquer. Terri, uniquement vêtue de ses espadrilles blanches, fut ramenée à la table. « Ceux qui veulent baiser les nichons ou le cul de cette salope peuvent se faire lubrifier s’ils le souhaitent. » Pour bien se faire comprendre, il agrippa une poignée des cheveux blonds de la secrétaire, la forçant à gober son chibre. Il pressa Terri, « Tu as intérêt à ce que ma bite soit bien trempée…. Mais, après tout, c’est ton cul… C’est ça, bave dessus, salope… » Scott fut prêt.Il s’allongea sur la table, et deux hommes abaissèrent le trou du cul de Terri sur le mat dressé. Scott tira ensuite Terri sur lui, pour que le dos de la jeune femme soit contre sa poitrine. Il ordonna à Terri de se mettre à baiser. Malgré la sensation de brûlure émanant de son trou du cul toujours douloureux, Terri se força à se bouger le fion, s’empalant sur la queue de Scott. Scott s’empara alors des deux gigantesques seins, et les fit se serrer l’un contre l’autre. Daniel de la compta (bien moins timide depuis qu’il avait baisé la chaude bouche de la secrétaire et l’avait rempli de sa semence) s’installa au-dessus de Terri et lui glissa sa brochette d’abord dans sa bouche puis entre ses seins.Les autres hommes prirent place autour de Terri. L’un des hommes plongea son braquemart dans sa chatte, un autre homme lui tourna la tête, l’amenant à un face-à-face avec son chibre qu’il glissa dans sa bouche ouverte. Pour finir deux hommes prirent place de chaque côté de la table, et une bite palpitant fut mise dans chacune de ses mains.Terri s’était fait prendre en gang bang par le passé. Une fois, à la suite d’un défi à la fac, elle s’était tapé quatre gars dans une multitude de positions. Elle avait titubé pour rentrer chez elle à quatre heures du matin, du foutre lui dégoulinait alors de ses cheveux, de son visage et de sa chatte. Plus récemment, Danielle s’était arrangée plusieurs fois pour que Terri soit prise en tournante dans de petits motels et quelquefois à son domicile, dans le lit où elle dormait avec son mari. Mais ces hommes lui avaient presque toujours été de parfaits étrangers qu’elle ne reverrait jamais. Là, c’était complètement différent.Terri devrait revenir travailler le jour suivant, et faire face à tous ces gens. Elle devrait leur rédiger des documents, leur servir le café, s’acquitter de commissions. Et ils sauraient comment les choses se passaient avec elle, et elle devrait les baiser quand et où ils voudraient. Cela l’humilia encore plus que les six bites bien raides qui la baisaient de tous côtés. Ses larmes coulaient. Terri alternait entre sanglots et gémissement. Elle se demanda pour la centième fois comment sa vie avait en était arrivée là…Scott chuchota à son oreille. « Ça te plait, et tu le sais. Habitue-toi simplement à l’idée de n’être qu’une pute, et ce sera beaucoup plus facile. Regarde comme ta chatte est trempée en ce moment, tu adores ça. »À travers l’oreillette, elle pouvait entendre Danielle gémir de plaisir, elle devait utiliser ses doigts ou un accessoire sur elle-même pendant qu’elle regardait sa rivale se faire dégrader. Terri, elle, voulait se mettre en boule et mourir.Daniel fut le premier à décharger. La vue de sa bite disparaissant entre la plus belle paire de nichons qu’il n’ait jamais vus le bouleversait. Dans un soupir, il gicla sur le cou de Terri, puis il reprit sa queue en main et déversa le reste de sa sauce sur les énormes mamelles.Le gars qui baisait la bouche fut le suivant. Même quand Terri était complètement dégradée au milieu d’une tournante, son expertise de suceuse était à la hauteur de la tâche. Elle gémit doucement quand elle sentit la queue se tendre et se prépara à avaler. Le foutre commença à déferler et elle avala aussi vite qu’elle le pouvait, mais ce ne fut pas assez rapide. Du sperme gluant lui coula du coin des lèvres. Secrètement Terri fit une prière pour qu’il goutte sur le visage de Scott. Finalement, sentant que la bouche de la fellatrice débordait, l’homme se retira et distribua le reste de sa semence entre le visage et les cheveux de la secrétaire.L’homme descendit et Terri fut reconnaissante de pouvoir se reposer la bouche quelques minutes. Son soulagement fut de courte durée, puisque les hommes qu’elle branlait de ses mains montèrent sur la table et remplacèrent les deux bites qui lui avaient baisé la bouche et les seins. Terri gémissait et se trémoussait en rythme avec les hommes qui lui baisaient sa chatte et son cul. Elle mouillait comme une chaudasse et avait déjà eu deux orgasmes. Scott avait raison, elle était une pute.L’homme qui lui baisait la moule se tendit, puis commença à la remplir de foutre. Alors qu’elle sentait le sperme chaud remonter contre les parois de sa chatte. Elle jouit avec lui en hurlant, bien que sa bouche soit remplie d’une queue en train de se faire sucer (laquelle se mit à palpiter, puis à gicler, remplissant la bouche de la bonasse de matière visqueuse.) Ne restait plus que l’homme lui fourrant ses nichons et Scott lui violant l’anus.« Ouvre la bouche, » lui ordonna le baiseur de nichon. Terri obéit, sortant même la langue sachant ce qui allait suivre. L’homme prit sa queue en main et se branla.« Prend ça, espèce de pute… » lui promit-il, visant la bouche de la lutineuse déjà gavée de sperme. Relâchant un jet de foutre, il loupa complètement la bouche de Terri, et lui ajouta une seconde couche de sauce gluante sur la joue. La seconde giclée toucha sa cible, déversant dans le haut de la bouche ce qui sembla être un flot de foutre incessant. Terri ferma la bouche pour avaler, mais il continuait à jouir, lui couvrant les lèvres et l’éclaboussant partout : du sperme se fourra dans son nez, son menton fut complètement souillé, et il n’épargna pas son cou et ses cheveux. Puis il glissa son chibre de retour dans sa bouche et se vidangea du reste de son jus de couille dans sa gorge.Scott était le dernier. Laissant sa queue dans son cul, il roula Terri sous lui et lui indiqua de se mettre à quatre pattes. Il n’avait pas eu beaucoup de liberté de mouvement quand il était coincé sous la voluptueuse jeune femme, et il était déterminé à lui montrer de quoi il était capable.Sortant sa bite des profondeurs du cul de Terri, il lui taquina l’entrée du fion avec son gland. Puis d’un mouvement vif, il lui fourra le cul jusqu’à la garde. Terri cria de surprise et de douleur, alors que Scott commençait un mouvement de scie dans le cul de la bimbo. Tout en la baisant, Scott lui caressait les fesses. Suite à la punition dont la pauvre salope avait été plus tôt victime, son cul était tout rouge et couvert de zébrures.« Doigte ton con, » exigea Scott. Terri se maintint en position d’une main et glissa un doigt dans sa chatte remplit de foutre. « Dis-moi comme tu adores te faire baiser.— Oh…Scott…J’aime me faire baiser… » Terri avait la voix hésitanteSMACK! La main de Scott cingla le cul de la bombasse— OUI! J’adore quand tu me baises!!!!!SMACK!!!— Encore…SMACK!!!!!!— ENCORE, SCOTT OHMONDIEUBAISEMOI!!!!!! DONNE MOI LA FESSÉE!!!! BAISE MOI!!!!_Terri frétillait contre lui, avec toute la force de sa petite carrure. Son corps, confus par les sensations contradictoires, fut pris de convulsions. Les gifles de la main de Scott sur ses fesses rouges, mais toujours avenantes… Le plaisir grandissant que ses doigts experts prodiguaient à sa chatte… La souffrance brûlante de puissants coups de bite dans son trou du cul abusé et éreinté.« OOOOOOOOOOOOOUUUUUUUIIIIIIIII!!!!!!!! » Hurla Terri, se faisant littéralement baiser de fond en comble. Scott n’en pouvait plus. Agrippant les hanches de la salope, il la tira vers lui, enfouissant sa bite profondément dans son cul, et relâchant son foutre dans son canal anal. Puis il s’écroula sur elle. Terri s’écroula aussi… en larmes.—————Scott mena la salope dans les toilettes pour femmes, lui rappelant qu’elle avait quatre autres groupes qui l’attendaient pour la prendre en tournante, et qu’elle avait intérêt à se nettoyer rapidement. Heureuse de pouvoir s’éloigner de Scott quelques minutes, Terri fila dans le havre de paix des W.C., confiante que les choses ne pourraient pas être pires… mais elle se trompait.« Eh bien, eh bien…tu m’as l’air à croquer! »Assise sur un lavabo, nue et doigtant sa chatte rasée, Danielle attendait sa salope couverte de foutre.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

L’été sera chaud (13)…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Caption

L’été sera chaud (13)…Mardi 30 Juillet 2013Dès le matin, tout le monde respecte le programme et reste à poil pour le petit-déjeuner. Ça a l’air d’être un peu dur pour Hélène et Thomas qui n’en ont pas encore l’habitude et par pitié pour eux je ne fais rien pour rendre la situation scabreuse.Mais Ju qui arrive en dernier se présente en belle érection:- Excusez-moi, mais ce matin impossible de redescendre…j’interviens immédiatement pour désamorcer:- Oh, c’est bon, on en a déjà vues d’autres, hein Hélène?- Euh, oui, mais bon, pas dans ces circonstances…- Mais oui, regarde, pas plus tard qu’hier, ton fils! Et on en a tous été témoins.- Bon, OK, mais tout de même, devant Lola…Celle-ci intervient pour la rassurer:- Si c’est que ça, c’est pas la première fois que je le vois dans cet état.- Ah bon…- Oui, tu te doutes bien que toujours à poil à la maison, il y en a eu des érections.Ju promet de penser à des choses tristes pour accélérer la redescente. En attendant, Hélène ne se prive pas de jeter des œillades vers ce beau morceau. Finalement, avant la fin du petit-déjeuner, la bite a repris des dimensions plus modestes.Vers midi, c’est Thomas qui occasionne une alerte-érection, mais il s’éclipse et ne revient qu’une fois calmé. Comment, on ne sait pas…Après le déjeuner, je profite qu’Hélène est sensée faire du travail sur son ordinateur et que Thomas est en train de faire une petite sieste digestive sur le canapé du salon pour faire une fellation à Ju au bord de la piscine. Il est assis sur la margelle et je suis dans l’eau, calée entre ses jambes. Hélène qui a fini plus vite que prévu en a la surprise. Elle stoppe net avant d’arriver sur la terrasse et reste à couvert pour regarder la scène. Elle s’étonne car en temps normal, elle aurait dû se montrer et nous faire cesser en nous engueulant pour notre sans-gêne. Au lieu de ça, elle est obligée de se rendre à l’évidence: ça l’excite. Elle remarque alors la présence à proximité de notre fille allongée sur le ventre. Comme cette dernière nous tourne le dos et a l’air de somnoler derrière ses lunettes de soleil, ça rassure mon amie qui en même temps commence à sentir sa chatte s’humidifier et ses tétons durcir et résiste à l’envie de se caresser le clito. Mais c’est le moment où Ju remplit ma bouche et plonge pour se rafraichir et donc ça la coupe dans son élan.Du coup elle attend un petit moment pour se montrer et fait comme si elle n’avait rien vu. Elle décide de m’en parler, mais plus tard, seule à seule.Comme hier, je profite qu’Hélène est sous la douche pour la rejoindre. Cette fois elle me laisse volontiers venir avec elle parce qu’elle prend goût à ces petits massages et que ce sera une bonne occasion de parler de l’incident de l’après-midi.Cette fois je sens sa résistance faiblir quand je commence à la savonner partout. Elle ne se crispe pas quand ma main vient se glisser entre ses jambes ni quand je lui empaume les seins pour les malaxer.Avant de succomber, elle se retourne et me dit pour calmer un peu l’ambiance:- Je vous ai vus faire cet après-midi, dans la piscine.- Ah, bon, OK, et?- C’était un peu limite, non? Lola était juste à côté. Imagine qu’elle se retourne!- Oh, ça aurait pas été la première fois qu’elle nous voit en pleine action.- Comment ça?- Ben oui, plus d’une fois elle est entrée dans notre chambre sans frapper, donc…- Ah, bon! Et ça vous dérange pas qu’elle vous ait vus?- Non, ça a été l’occasion d’en parler et de faire son éducation. Et toi, avec Thomas?- Euh, non, on n’a pas parlé de ça encore.- Tu vois, Lola est maintenant bien décomplexée à ce sujet, et c’est cool.- Mais tout de même, une fellation en plein jour, au risque de se faire surprendre…- Justement, Ju bandait et c’était le moyen le plus Escort rapide pour le calmer.- Mais c’était un peu risqué, Thomas aurait pu arriver, ou moi.- Oui, d’ailleurs , tu t’es manifestée bien après la fin, il me semble?- Euh oui, j’ai pas voulu vous déranger, c’était délicat.- Et c’était excitant aussi, je parie. Tu as aimé? Ça t’a fait mouiller?- Oh, Caro…- Allez, lâche-toi! avoue que ça t’a excitée.- Euh, oui, mais c’est parce que je suis en manque.- Eh bien, comblons-le!Sur ce, je recommence à peloter les tétons d’Hélène, mais de face. Cette fois celle-ci se laisse faire quand je lance un doigt pour lui titiller le clito. Comme elle commence à haleter, je sais que c’est gagné. Je la fais monter Jusqu’à un bel orgasme. Puis, après avoir coupé l’eau, je prends une serviette et me sèche avant de faire de même sur Hélène qui est un peu étourdie par l’explosion de ses sens.Puis j’ouvre la porte, jette un coup d’œil dans le couloir et comme tout le monde semble être en bas, la voie est libre. Je lui prends la main et toutes deux nous nous retrouvons dans la chambre d’Hélène où normalement personne ne viendra nous déranger. Je la couche sur le lit et je me mets entre ses jambes pour lui procurer son premier cunnilingus lesbien, qu’elle a l’air d’apprécier. Quand je sens qu’Hélène a atteint un point de non-retour, je monte tête-bêche sur elle et continue à lui dévorer le minou tout en lui présentant le mien pour la réciproque. Hélène hésite un moment puis finalement se lance à me déguster la case trésor. Après un deuxième orgasme pour Hélène et un premier pour moi-même, je laisse retomber la pression.Je demande à Hélène en lui pinçant un téton:- Alors, ça va mieux?- Oui, ça fait du bien, je reconnais. Mais si j’avais imaginé…- Quoi, faire ça avec moi?- Faire ça avec une femme, déjà. J’avais jamais envisagé la chose.- Eh bien tu vois, tu sais maintenant que c’est bon.- Il serait temps de redescendre avant que les autres se posent des question. Après un dernier bisou discret sur la bouche nous retournons vite à la salle de bains nous faire un coup de propre et descendons. Ça n’empêche pas Ju de noter la rougeur au niveau de nos lèvres intimes. Il devine ce qu’il s’est passé et m’en fait la remarque un peu plus tard. Je le lui confirme. De bons signes…Le soir, pour préparer le programme du lendemain, je m’assois dans le canapé entre Ju et Thomas tandis qu’Hélène et Lola sont dans les fauteuils en face. Comme la réunion prend fin, cette dernière décide de s’amuser un peu en s’étirant bien en arrière tout en écartant ostensiblement les cuisses, offrant une vue vertigineuse à Thomas qui se met à bander. D’autant plus qu’à ce moment, j’avais profité que ce dernier était penché en avant pour lui passer mon bras dans le dos et que ma main était un peu baladeuse sur la fesse du garçon.Comme Hélène ne sait pas comment en faire la remarque à son fils, c’est moi qui dit:- Bon, je vois que tout ça t’a mis en forme, on va peut-être te laisser seul.- Euh non, ça va passer.Au grand étonnement d’Hélène, je referme mes doigts autour de la hampe:- Tu rigoles, dure comme elle est, tu ferais mieux de te branler si tu veux dormir vite.Vu la tournure que prennent les choses, Hélène se manifeste enfin:- Allons Caro, tu vas l’embarrasser, là!- Oh, tu crois qu’il ne se fait pas plaisir de temps en temps, à son âge?- Euh, peut-être, oui, j’y ai jamais pensé. Mais là, c’est un peu…- Excitant?- Non, je dirais plutôt gênant. Et si tu pouvais le lâcher…- Ah oui, pardon… Mais bon, là, soit on s’en va, soit il va devoir le faire devant nous!Du coup Hélène se lève, suivie par Lola et Ju. Elle constate au passage que, concentrée sur Thomas, elle n’avait pas remarqué que Ju avait aussi Escort Bayan pris du volume. Ce dernier n’est pas encore en totale érection, mais sa tige est déjà bien à l’horizontale et continue à avoir un développement qui la dirige vers le haut.Pendant qu’Hélène nous tourne le dos et se focalise sur ça, je me penche sur Thomas et lui décalotte le gland. Avant de me lever je lui souffle à l’oreille:- Commence tout seul… Puis je me dépêche pour les ratt****r et passer devant dans l’escalier à côté de Ju, Hélène et Lola suivant derrière eux. En montant, notre fille fait remarquer par geste à sa voisine ce qui se passe devant. Hélène jette un œil et voit que j’ai empoigné la bite de Ju et que je le branle doucement tout en montant les marches pendant qu’il me rend la politesse avec un doigt entre mes fesses. Elle va pour s’offusquer, mais Lola lui fait un grand sourire et lève le pouce. Bien que dépassée par la tournure que ça prend, elle décide de ne pas s’insurger. Elle s’oblige à ne pas trop regarder.Arrivés sur le palier, Lola dit que finalement, elle va d’abord retourner en bas pour boire un dernier verre bien frais. Elle nous laisse donc comme ça, Hélène évitant de me regarder tenir toujours dans ma main l’engin maintenant pleinement érigé de Ju.C’était bien prévu comme ça avec nous: ce soir c’est elle qui irait profiter un peu de Thomas pendant que nous essayerions d’entraîner Hélène dans un jeu à trois. Thomas est bien calé sur le canapé, s’attendant à ce que je renouvelle les séances des autres soirs. Quand il entend un pas furtif dans son dos, il continue à se maintenir en forme maximum en s’astiquant la tige voluptueusement.Il sursaute quand il reconnait la voix qui vient lui murmurer à l’oreille:- Attends, je vais m’en occuper…Et Lola fait son apparition dans son champ visuel. Elle vient s’assoir à côté de lui et sa main prend le relais de la masturbation en cours. Comme il ne réagit pas, elle lui prend un main et la pose sur sa volumineuse poitrine. Il finit par se lancer et la caresse. Elle lui demande au bout d’un moment de descendre et il obéit, atteignant enfin son bouton bien dégagé par les jambes grandes ouvertes. Elle se met à gémir volontairement pour se signaler aux occupants de l’étage.En haut, j’ai continué à m’occuper de Ju devant Hélène qui proteste:- Dites, vous pourriez attendre d’être dans la chambre.- Ah non, c’est plus excitant ici. Et tu as déjà vu plus que ça cet après-midi.- Oui, mais bon, j’étais pas sensée y être, et j’étais loin. Alors que là…- Là, tu peux sauter dessus. Je sais que tu en meurs d’envie mais que t’oses pas.- Arrête, en plus Lola risque de remonter d’un moment à l’autre.- Si c’est que ça qui t’inquiète, chut, écoute un peu nos enfants!Effectivement, du rez-de-chaussée montent les gémissements de Lola qui sont rejoints rapidement par des grognements de Thomas. Aucun doute sur leur action.J’att**** mon amie par le poignet et l’approche de la queue de Ju:- Allez, tu as dit que tu étais en manque, profite de l’occasion que je t’offre!Hélène se laisse convaincre et empoigne à son tour cette colonne qui la tente:- OK, vous avez gagné, mais pas ici, allons dans ma chambre.En bas les choses se précisent avec Lola qui s’est penchée sur le gland pour le gober et qui a fini par se mettre sur Thomas en soixante-neuf. Après un moment d’hésitation, celui-ci lui mange l’abricot bien mûr qu’elle lui présente.En haut, dans la chambre d’Hélène la situation évolue très rapidement depuis que cette dernière a décidé de se laisser aller. Elle commence par me regarder sucer Ju et se met enfin à genoux à côté de moi pour une fellation à deux. Elle gobe sans hésiter le gland que je lui présente. Puis je l’attire sur le lit Bayan Escort pour lui prodiguer des caresses comme tout à l’heure sous la douche. Ju nous regarde nous faire plaisir en entretenant son érection, puis il nous rejoint alors que nous sommes tête-bêche, Hélène étant dessus. Je prépare un peu le vagin d’Hélène avec trois doigts tout en passant un coup de langue sur le gland que Ju me promène sur la bouche. Je lui laisse enfin la place et comme mon amie est visiblement bien trempée et chauffée, il rentre d’abord le gland puis embroche Hélène d’un coup Jusqu’à la garde.Hélène marque le coup en se cabrant et et lâchant un long râle:- Rhaaaa! Putain que c’est bon! Ça faisait trop longtemps…Maintenant c’est elle qui envoie son bassin à la rencontre des coups de reins de Ju. Elle halète de plus en plus vite et atteint un premier orgasme foudroyant.De l’autre côté, la situation est presque la même puisque Thomas est en train de prendre en levrette Lola. Comme il annonce qu’il ne va pas tenir plus longtemps, Lola se dégage et s’allonge sur le canapé en lui demandant de jouir sur elle. Ce qui ne tarde pas à faire, envoyant ses premières giclée sur ses seins et le reste arrivant sur le ventre.Il ne débande pas vraiment et Lola se met à genoux devant lui pour lui redonner toute sa vigueur. Pour ça elle le prend entre ses doudounes et commencer lui faire une branlette espagnole, de plus bien lubrifiée par tout le sperme qu’elle a reçu là.Tout en le lui faisant découvrir cette caresse, elle le prévient de la suite:- Maintenant que tu as éjaculé un fois, tu devrais tenir plus longtemps.- Euh, oui, je pense, je sais pas…- Parce que moi, j’ai pas encore joui, et je compte bien avoir ma part.Comme il est de nouveau en grande forme, elle le fait assoir sur le canapé et le chevauche de face. Elle se démène un moment, puis se tourne pour se renfiler la bite dans la chatte de dos à lui. Elle va au petit trot, puis au galop. Elle sent monter la pression et enfin elle sent l’orgasme éclater dans son ventre et dans sa tête.Comme Thomas n’a pas encore joui cette fois-ci, et qu’il a une vraie barre à mines en acier, elle décide de l’initier à plus. Elle se soulève et lui prend la queue pour la pointer sur son anus. Elle descend progressivement, et dès que le gland à franchi la porte, elle se laisse aller jusqu’à la garde. Puis elle commence à donner le rythme. Thomas hallucine de voir ce cul superbe monter et descendre sur sa bite qui s’enfonce dans le petit trou écartelé. Il se cramponne aux seins de Lola et la laisse faire le travail toute seule. Lui qui se voyait se faire encore sucer par moi ou peut-être me baiser, voilà qu’il était en train d’enculer ma fille. Sacré famille!Thomas ne tient plus et prévient Lola qu’il va tout lâcher. En ressentant les jets dans son boyau ça lui déclenche à elle aussi son deuxième orgasme.Elle reste un moment dans cette position puis se déboîte de cette queue qui ramollit et se retourne pour lui faire juste un bisou sur le front avant de le quitter.Elle lui fait un dernier clin d’œil en s’éclipsant:- Bonne nuit! Et merci…En arrivant à l’étage, elle se dirige d’abord vers la salle de bains pour se faire un petit coup de fraicheur entre-jambes avant d’aller se coucher. Comme elle entend les échos de la partie qui se déroule dans la chambre d’Hélène, elle ouvre la porte de la notre. Le fait de la trouver vide lui confirme que nous sommes arrivés nous aussi au but fixé. Elle hésite à nous rejoindre, mais décide de s’en tenir au plan que nous nous sommes fixé, et pourtant les bruits qui lui parviennent sont très excitants. Mais elle décide qu’elle a eu sa dose et qu’une bonne nuit lui fera du bien.A l’intérieur, Ju en est à enculer Hélène qui ne contrôle plus le volume de sa voix bien qu’elle soit en train de bouffer ma chatte.En bas, cette fois c’est Thomas qui a un doute quant à la propriétaire de cette voix qui clame son plaisir. On dirait sa mère, mais non, c’est impossible…A suivre…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Devenir cocu Chapitre 2

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Alexis Love

Devenir cocu Chapitre 2Devenir cocu Chapitre 2Dans la soirée Hélène, prend mon téléphone pour appeler sa mère, le sien est en charge, en raccrochant elle tombe sur les dernières applications utilisées, elle une fausse manœuvre et démarre la vidéo ! Elle me regarde et baisse la tête, c’est pas ce que tu crois, il ma forcer, sinon il racontait comment il ma baiser l’autre soir à la sortie du dancing, je lui dit regarde jusqu’au bout, c’est toi qui l’invite, pour demain ! Hélène fond en larmes, elle me dit qu’elle m’aime, mais que je ne lui donner pas de plaisir quand on fait l’amour, elle ne jouit pas avec moi ! Elle ne l’aime pas, c’est juste du sexe !Je lui propose de le faire venir ici pour qu’on la baise à deux, comme ça elle jouit et moi je la baise aussi, j’aurais moins l’impression d’être cocu si je participe ! Hélène me demande si je suis sur de pouvoir accepter de la voir se faire baiser devant moi ? Je lui dit, au dancing et hier, j’étais là et je la regardais se faire baiser ! Elle me dit que c’est pas pareil, si c’est juste devant ! On n’a qu’à essayer on verra ! Elle appel Franck c’est le mec du dancing, il est d’accord, il la déjà baiser devant moi et ça l’excite de recommencer, la journée se passe et on rentre du boulot, Hélène revient avec Franck, elle est déjà décoiffée, il m’explique qu’il était très excité et qu’il a conduit sur le temps qu’Hélène le suçait, ça commence fort, je lui parle un moment et lui explique que je suis d’accord et qu’il n’a pas besoin de me rabaisser, Franck me dit ok si tu es d’accord, comme tu dis, tu vas faire tout Escort ce que je te dis, déshabille ta femme, j’obtempère et j’enlève un à un les vêtements de ma femme, montre moi sur cul demande Franck ! Je le fait, Hélène est penché et j’écarte ses fesses, il a une vue sur sa chatte bien ouverte et son anus bien serré, lèche lui la chatte m’ordonne il, ma langue descend de son anus jusque sur son clito, je sens déjà la cyprine de ma femme qui est bien excité, maintenant enlève mon froc ! Je dessape le mec, met ma queue dans sa bouche, je prends sa bite en main et la met dans la bouche de ma femme, branle moi ! Ma main coulisse sur sa hampe, Franck n’en croit pas ses yeux, putain mec tes un cocu soumis ! Couche ta femme sur le dossier du divan et met ma queue dans sa chatte, Hélène se met sur le divan et moi je prend la bite de Franck et je la met à l’entrée de son vagin, enfonce la ! Pousse sur mon bassin, baise ta femme avec ma queue, je fais aller et venir Franck dans la chatte de ma femme, Hélène me dit oui chéri plus fort ! J’accélère le mouvement, Hélène et Franck gémissent en cœur, je n’ai plus besoin de guider Franck, il a saisi les hanches d’Hélène et il la bourre sauvagement, elle jouit se crispe elle a un orgasme, Franck m’ordonne de me branler sur le temps qu’il baise ma femme, je sors ma bite et me paluches, voir ma femme jouir comme ça m’excite au plus haut point, Le mec ne tarde pas à éjaculer dans le vagin d’Hélène, il passe devant et vient se faire sucer, il me di, lèche ta femme, ma langue fouille sa chatte, il y a plein de sperme Escort Bayan mélangé à sa mouille, je lèche tout et j’avale le foutre du mec qui vient de baiser ma femme, Franck m’ordonne de la baiser sur le temps qu’il rebande, mais je ne dois pas jouir en elle, ma bite coulisse dans le vagin de ma femme, elle gémit et jouit, c’est la première fois que je fais jouir ma femme, Franck bande déjà et me dit pousse toi, à mo tour et s’enfonce dans sa chatte, moi je me branle et je jouis dans mes mains, Franck rit et s’active de plus belle dans le vagin de ma femme, elle jouit très fort et crie de plaisir, pendant vingt bonnes minutes, il la fait jouir, comment fais tu pour faire ça aussi longtemps ? Moi j’ai continuer à me branler et j’ai jouit une deuxième fois dans mes mains, Franck me dit, tu dois arrêter de penser à ta bite et regarder comment tu fais jouir ta femme, regarde moi, ses mains s’enfoncent encore plus dans les hanches de ma femme, ses coups de queue fond avancer Hélène de dix centimètres, elle est secouée dans tout les sens, elle a orgasme sur orgasme, encore cinq minutes de se traitement et il éjacule à nouveau dans son vagin, cinq va et vient et a chaque fois une giclée de sperme au fond de sa chatte, il repasse dans la bouche d’Hélène pour se faire nettoyer, il s’assied dans le divan et allume la télé, va y nettoie la avec ta langue ! Sa m’excite beaucoup d’avaler le sperme de Franck et je rebande bien dur, j’en profite pour baiser Hélène, je fais comme il m’a dit, je regarde Hélène jouir et pas ma queue, ça marche Hélène se tord Bayan Escort dans tout les sens, elle a son premier orgasme avec moi ! Je suis aussi tôt et j’envoie de longues giclées de foutre dans ma femme, elle se retourne comme pour voir si c’est bien moi qui vient de la baiser, Franck me dit, relèche lui la chatte avant qu’elle ne vienne me sucer ! je bois avidement tout mon foutre, Hélène se met à genoux devant Franck et le suce de longues minutes avant qu’il ne rebande, moi je suis à nouveau bien excité et en érection, je passe derrière et je baise Hélène sur le temps qu’elle suce le mec, Franck me dit, tu veux qu’on essaie en double ? Hélène chevauche Franck, sa queue pénètre la chatte de ma femme et moi je passe derrière, quand je met ma bite devant l’entrée du vagin de ma femme, je bande très dur et quand je pousse un peu ca rentre tout seul, nos deux queues fouillent la chatte d’Hélène, qui jouit de suite, quand je rentre, il sort et inversement, avec se traitement ma femme ne tient plus, des orgasmes fulgurants la traverse, je n’ai jamais baiser ma femme aussi longtemps, quand j’éjacule enfin, Franck me suis de près, il décharge aussi son foutre dans son vagin, moi je lèche déjà la chatte de ma femme, Franck à toujours sa queue dans sa chatte, je lèche autour de sa queue, ses couilles aussi sont couvertes de spermes que je lèche, je suis pas gay, mais j’aime lèche le sperme qui coule du sexe de ma femme, je suis satisfait de la soirée et je remets rendez vous à Franck pour après demain, quand il s’en va, Hélène me demande comment j’ai fait ? Pour la faire jouir, je lui dit que c’est grâce à Franck, que j’étais très excité de voir sa queue rentré dans ta chatte, j’ai bandé comme jamais, ma queue me faisait mal tellement elle était dur, il faut qu’on qu’on réessaye demain !À suivre …

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

der verkaufte Exhibitionist 3

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

der verkaufte Exhibitionist 3Dann endlich durfte er runter und musste vorangehen, zu dem nahen Bürohaus und hineingehen, wurde von diesmal unbeteiligten Männern und Frauen in einer Art Eingangshalle gegafft, zu einem etwas abgelegenen Empfangstresen dirigiert. Auf dem Sc***d ein ausländischer Name mit Doktortitel, Urologie und Sexualökonomie – hinter dem EDV-terminal eine sexy aufgemachte Frau. Die begrüßte den Herrn wie einen alten Geschäftspartner und ihn als „der kleine Exhibitionist mit dem geschwollenen Penis“ – und gleich fragte sie ihn nach Namen, Alter, Adresse…So schockiert, verwirrt und erregt war er, dass er ohne Zögern alles preisgab und sogar noch seine Krankenkasse angeben wollte, aber da winkte die kesse Dame lachend ab: „Die Untersuchungen und Behandlungen, die hier mit dir angestellt werden, zahlt keine Krankenkasse, aber die sind so aufschlussreich für etliche Privatgelehrte, dass du dir über die Finanzierung keine Sorgen machen musst. Kann sein, dass die Ergebnisse sehr beschämend und peinlich für dich werden, aber keine Sorge, Gerhart, ja der Name passt irgendwie… : solange du dich brav an die Anweisungen hältst, wird niemand aus deinem privaten oder beruflichen Umfeld etwas davon erfahren oder gar von den Videos im Netz was zu sehen bekommen. So und hier noch eine Unterschrift, das ist nur eine Erklärung, dass du freiwillig alle Rechte an diesen Herrn hier überträgst – soviel Vertrauen muss ja wohl sein, ohne ihn wärst du schließlich gar nicht hier.“ Als er zögerte und erst lesen wollte was auf dem Blatt stand, klackerte sie auf ihrer Tastatur und auf dem Wand-Monitor hinter ihr erschienen Ausschnitte der Videos aus dem Wald, man hörte ihn laut stöhnen und grunzen… die Leute in der Nähe schauten erstaunt und wie gebannt auf das ungeheuerliche Szenario – und hastig unterschrieb er, ohne zu lesen, stammelte mit hochrotem Kopf „Bitte nicht! Machen sie das aus! Bitte, Escort ja ich mach´ ja schon alles…“Mit aufreizendem Lächeln schloss sie gemächlich den Ordner mit seinen Papieren und verstaute ihn umständlich unter der Theke. Erst bei einer Großaufnahme von Gerharts malträtiertem aber hoch erregtem Phallus, fand sie mit der Maus in der Hand die Pausentaste, das eindrucksvolle „Standbild“ – immerhin ohne Ton – faszinierte noch ein paar lange Sekunden die Zuschauer, bevor wieder das Logo der Praxis erschien und sie mit routinierter Stimme um Entschuldigung für das peinliche Verhalten des Patienten bat, das sei eben der Grund für seine Einlieferung.„ Du fährst jetzt mit dem großen Fahrstuhl in den 6. Stock, gehst links den langen Gang bis zum Ende und meldest dich in Zimmer 66. Deine Kleider kannst du schon mal hier lassen.“Als er sie entsetzt und schamrot anstarrte und seine Hände zögernd zum Verschluss der Jacke wanderten, lachte sie: „Nein, war´n Scherz – aber du lernst schnell, und da oben warten noch ein paar weit peinlichere Mutproben auf dich. Also los und gute Besserung für dein Schwänzchen!“Was war das für eine winkende Handbewegung mit Daumen und Zeigefinger zum Ring geformt?Schon wieder lachend wandte sich die Sekretärin dem Herrn zu, der den Verlauf der Szene wohlwollend verfolgt und mit seinem Telefon gefilmt hatte.Gerhart trollte sich allein Richtung Fahrstuhl. Ob er jetzt einfach abhauen könnte? Nein, Mist, sie hatten ja seine Daten und diese Videos. Nicht auszudenken, was los wäre, wenn die in seiner Schule die Runde machten… Also alles machen, was die von ihm verlangen? Na ja irgendwie konnte er ja nicht anders und doch, ja, es geilte ihn auf, machte ihn scharf, wie noch nichts anderes in seinem vorherigen Leben…Im Fahrstuhl erregte er schon wieder öffentliches Ärgernis, als diese dämlich dünne Trainingshose seine Erektion betonte, statt sie zu verbergen.Der Escort Bayan 6. Stock war zum Glück leer und auf dem langen Gang hatte er Zeit, sich zu beruhigen, bevor er an die Tür Nr. 66 anklopfte, etwas hörte und sie aufmachte.Sein Blick fiel auf nacktes Fleisch. Ein Junge sass breitbeinig auf einem speziellen Stuhl und war offenbar gerade von zwei älteren Männern in weißen Kitteln genital und anal rasiert worden. Erschrocken wollte Gerhart zurück und die Tür leise wieder zumachen… aber schon packte ihn jemand beim Arm und zog ihn in den Raum. „Du bist der nächste, der fein blankgeputzt wird. Ja, besonders ein kleines Pimmelchen versteckt sich gern in einem großen Busch, aber damit ist jetzt Schluss.“ Der Alte lachte hämisch über den gelungenen Reim. „Der hier hat ziemlich dichte, dunkle Behaarung, da macht man den Waldrand an den Oberschenkeln extra bis kurz über die Knie, das sieht dann aus wie Strümpfe und fällt sogar schon bei Bermudashorts immer gleich auf. Bei dem kleinen hier muss besonders hinten um´s Fickloch alles glatt sein, vorne haben wir zum Scherz ein kleines Dreieck stehen lassen, wie bei den Mädels.“ Bei diesen Reden entfernte er sorgfältig noch ein paar Härchen von dem hochgezogenen, schrumpelhäutigen Hodensäckchen. „Fertig, jetzt nur noch hart abspritzen und das Kerlchen spüren lassen wie nackig er ist. Erstmal wird der Pint mit eiskaltem Wasser hart geschrumpft, die Eier abgeschreckt und das Loch zugefroren, alles recht schmerzhaft und peinlich, aber doch lustig anzuschau´n. Aber jetzt kommt erst der Clou. Wir nennen es die Eiszapfenschmelze…“Die andere Handbrause hatte keinen ganz so harten Strahl, war aber dampfend heiß eingestellt. Völlig überraschend traf es mitten in die frisch freigelegte Rosette. Der Junge schrie ängstlich auf und bäumte sich in den Riemen. „Jetzt guckt euch das eingefrorene Zäpfchen an. So ein kleiner Nackedei, Bayan Escort jetzt gibt’s nix mehr zu verstecken, alle können sehen, was da unten los ist…“ Seelenruhig spielte der Bader mit dem Wasserstrahl. Erst an der Naht entlang bis fast an die Hoden, dann plötzliche Angriffe auf deren ungeschützte Seiten, aber immer wieder gnadenlos zurück ins Loch. Und tatsächlich wurde das glattrasierte Schwänzchen schnell hart und stand – so klein es auch noch war – mit zugezogenem Zipfel senkrecht empor. „Und bitteschön: Der Eiszapfen!“Mit Fingerschnippen, runterdrücken und loslassen wurde die Festigkeit demonstriert. „Und jetzt kommt die Schmelze, mal sehen wie schnell der gleich auftaut…“ Blitzschnell führte er den heißen Wasserstrahl nun vor an sie Spitze und umspielte systematisch nur die empfindliche Vorhaut, was von neuerlichem Stöhnen und deren spontaner Weitung einherging. Dann ließ er das heiße Wasser langsam an der Unterseite hinab auf die geröteten Eier fließen. Da flutschte die schwellende Eichel förmlich heraus und der nunmehr durchaus handliche Ständer krümmte sich. Noch einmal zeigten sie dem Jungen, wo sie ihn überall sehen und berühren konnten, heiß und kalt abwechselnd bis der Proband hemmungslos zu zittern und zu stöhnen begann. Dann hieß es „Genug abgespritzt“, das Wasser wurde abgedreht, das Fleisch abgetrocknet und von streng zupackenden Händen eingeölt.Der Boy wurde glänzend nackt und hoch erregt, wie er war, auf den Gang hinausgeschickt. „Frag dich einfach durch zu Zimmer 88, und lass ja die Finger weg von deinem Ständer, da kümmern sich gleich unsere Fachleute drum!“Dann wurde Gerhart genötigt, sich nackt auf den Behandlungsstuhl zu setzen. Er hatte bereits eine stattliche Erektion, was ihm um so peinlicher war, als das die beiden Alten und den Wachmann, der ihn die ganze Zeit mit eisernem Griff festgehalten hatte, belustigte. Und er war doch schon rasiert! Das machte er regelmäßig beim Duschen, weil es seine exhibitionistischen Fantasien anregte. Sogar das mit dem Eiszapfen machte er jedesmal selber mit seinem Penis – er hatte gedacht, das sei seine eigene Erfindung und bestimmt niemandem davon erzählt.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

The Strip Club “XXXperience”

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

The Strip Club “XXXperience”I was with my highschool buddy and he offered that we go out to a local strip club. I was pretty hyped to go to the club have a few drinks and watch some hotties slide up and down the pole. Little did I know that this strip club came with extra entertainment. I am used to getting lap dances in the back and barely being able to have a feel of the girls goodies. This place was different. I went up stairs with a beautiful blonde she told me she was 23 and she was pretty flawless. The song started and she started to dance. As she danced she whispered in my ear and asked me what i would like to do. I asked Escort her what she meant. She said she will do whatever I like. I felt a little out of my element so I let her lead the way… I told her she has free rule of what she does. She pulled my cock out of my pants and started with a hand job. I got hard and I rubbed her sexy tits and nipples and she rubbed my hard on. She then proceeded with putting my cock in her mouth. Meanwhile I looked around and there were others receiving the same treatment. I moaned and enjoyed her mouth around my hard cock and her hands playing with my balls. She looked up and me with Escort Bayan my cock in her mouth and smiled then asked me if i would like to fuck her. She said she was very horny and that her pussy was soaked and needed a hard cock. She put a condom on my cock and slid her warm wet pussy on my cock reverse cow girl style. She slid up and down my hard cock with her wet pussy and rubbed her hard clit and moaned.I decided to chance it and when she rode me started to play with her asshole… She moaned hard so i slid a finger inside … now she was riding my cock while i fingered her tight asshole she was moaning Bayan Escort and riding me harder and faster. She rubbed her clit the whole time and came hard while i fucked her… the looked over at me and said it’s my turn. She slid off of my cock and pulled the condom off… she slid my cock in her mouth and asked me if i wanted to cum in her ass… I eagerly said please … She lubed her asshole up with spit and spread her cheeks … i slid my cock inside and fucked her doggy style hard and fast. It was about 5 minuted of intense anal and i shot my load hard deep inside her asshole. I kept fucking her until my hard on went away … I pulled out and she sucked the cum off my cock and thanked me … I asked her what I owe her and she just smiled … said she enjoyed it and not to worry about it… I handed her $100.00 and thanked her … it was a very fun night !

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

sister fucker

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

sister fuckeri am a fourty year old man who is into just about anything sexual. My experience happened when i was twenty six, my sister Tire Escort was eighteen, she Torbalı Escort and i were Urla Escort watching porn and i was about to explode, i decided to go take a shower and to my surprise she followed me to the bathroom where she began to touch my hard cock. We fucked and sucked each other till we collapsed in exhaustion, it was the most memorable sex i have ever had. nothing like cumming in your sisters mouth and watching her swallow all of your cum!

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anniversary Love

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Anniversary LoveFour Decembers ago, my wife and I had to fly to Montreal for a business trip. We were the last plane to land due to a snow storm shutting down the Montreal airport. At that time we were 36 and viral and are still today at 40. We enjoy inventive sex on a daily basis from not only fucking and 69, but masturbation, feeling, caressing and exploring each others bodies.As we checked in at the Queen Elizabeth, we just had to relieve our sexual tension by taking a shower together. I worship my wife’s slim body with her 38DD orbs and a pussy that enjoys to be fucked by my 10″ cock. I kneeled in front of her and washed her clean shaven pussy. She spread those beautiful pussy lips as I leaned my mouth forward between her thighs. My tongue fucked between her vaginal lips, and then began to circle my tongue around that blood engorged clit of hers but would not bring her to a crashing orgasm. My wife moaned and wanted me to fuck her, but told her lets have dinner first. We both love being on the sexual edge knowing that once we have intercourse we would come off together. When having orgasms together is one of the great love plateaus. As we stepped out of the shower, we dried each other Narlıdere Escort with focus on our erogenous parts of the body. When my wife touched my swelling cock, precum bathed the foreskin. She wiped it off with her middle finger and sucked it into her mouth. In turn I kissed her red lips while fingering her sopping pussy. We stopped short before reaching an orgasm.A Montreal snow storm creates the closure of many restaurants. After several calls, we found one of Montreal’s most beautiful restaurants open where a reservation wasn’t needed. As I hung up the phone my wife stood in the back of me, reached to the front and gave my throbbing prick several strokes. Once again we had to stop. I turned and when I saw the clothing she wore – a three button cotton shirt with two buttons open, braless and a short pleated skirt – I was ready to make love to her right on the carpeted floor. My wife knows that dressing sexy keeps her and me hot. It was around 9:30pm when we left the hotel. Snow banks everywhere with sidewalks already cleared. We always walk with each others arms around our shoulders. My wife was wearing a winter coat with the Ödemiş Escort top two buttons open. I slid my hand inside and now found that the third button of her blouse was open. Both of us already turned on I opened the blouse wider under the coat. She rested her head on my shoulder as I began to massage her nipples between my fingers back and forth. She began to moan her sexual feelings. I kept playing with those marvelous nips. I knew that being turned on, several more nipple pulls she would have an orgasm right on the street. …And she did. She was coming and getting weak in the legs. God that was wonderful she said. Not far from the restaurant we heard a moan coming from a snow bank. First we thought something strange was taking place, but as we got closer we saw a couple enjoying a wonderful fuck in a slightly lit area. Her skirt was around her waist, his zipper open and a big dick sliding in and out of her pussy. There was no one around except for us. We kept watching, as the man kissed her tits and sucked her nipples, with his cock pumping in and out of a pussy that was enjoying it. Our voyeuristic tendencies turned us on. My wife began Seferihisar Escort to kiss and lick my neck as I reached inside her coat where her blouse was still unbuttoned. I opened the coat and sucked one of her tits into my mouth. We positioned ourselves so that we were able to continue watching their lovemaking and fucking. Behind us was a deep inset of a doorway into we retreated. I took my wife into my arms, let my hands reach down to her bum and raised her short pleated skirt. What my hand touched was a pair of crotchless pantyhose. As we kept watching them, I let one of my fingers slip into my wife’s anal hole. She reached in front of my pants and began to jack on my cloth covered cock. It became to much for the both us and could not wait to return to the hotel. My wife unzipped me, kneeled in front of me and sucked my cock into her mouth. This time I did not stop her from letting her complete her sexual needs. The couple in the snow bank were still fucking as my wife brought me off with her sweet lips. We never made it to the restaurant, instead returned to the hotel. We could not undress quickly enough, fell into bed and made love all night.The first thing my wife needed satisfied was her anus through an anal fuck with my 10″ dick. She spread her cheeks and guided me into her anus very slowly. I had my cock doused in olive oil. When I completed her needs I pulled out but was still erect. I masturbated my cock and another sperm load came shooting out – all over my wife’s beautiful face.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

POV Erotic story

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Brunette

POV Erotic storyIt was late at night, sitting with my best friend Denise. She worked at a radio station and made weekly brodcasts. She was the most perfect person ive ever seen. Huge front, nice ass…I would sometimes masturbate Manisa Escort to her in a wet dream, but you don’t need to know about that.When we were watching TV, she fell Mavişehir Escort over my hard cock and said “I want it”At first I thought she ment the TV remote, but then, I Menderes Escort realised I was in for a good one.She then got naked right in front of me, then I pulled down my pants. She started giving me a blowjob.It felt like getting you’re dick sqeezed to death, but then it felt nice. She then wrapped here tits around my dick, and started stroking up and down. They were as soft as pillows. I was about to climax, she said, “Go ahead and cum, cum for me”I ejaculated, she then said “Thats alot of cum”It was a nice Happy Erotic ending.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mature Lounge Fantasy

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Mature Lounge FantasyIt’s Friday night,I’m already intoxicated when I enter a lounge closer to home. This is the 4th bar tonight. When I get drunk and horny I start bar hopping looking for a freak who may want to get busy tonight. I approach the bar, having too much to drink already I just order a beer, take a sip and scan the lounge for females. There’s a cutie barmaid with tatoos and a ring in her nose, sometimes gives me free shots and tells me what night she works. There’s the club owner and Disc Jockey. I notice a couple of girls I know from the bar I hang out at the most, we sometimes throw darts there. We ackowledge each other from a distance. The guys and girls are shooting darts, drinking and mingling when I notice a not so attractive fat mature female playing one of those gambling machines right next to the restrooms. I go to the men’s room cause I got to piss real bad, I always stop at the bar first and order my drink before using a restroom. I come out of the restroom, all the guys are mingling with the cute girls, nobody noticed when I approach the woman sitting at the gambling machine Kemalpaşa Escort and asked her if she’s winning over here. I place two single dollar bills on the game buttons and walk back to my bar stool. After she finishes the game she approaches me, sits next to me at the bar and asked me what I’m doing later. I say “whatever”. She says finish your drink and let’s go. We arrive at her place and immediately start kissing, we quickly snatch off the clothes and enter the bedroom. She throws me on the bed and jumps on top, starts sucking my dick real hard and good like there’s no tommorow, sucking my dick like their ain’t shit else she’d rather be doing, real good and deep, she’s moaning real loud, shit is coming out of her nose she’s sucking it so good, she’s spitting on my dick, licking my balls as slob runs down her chin and arms. I get extremely excited cause I know his woman will be sucking my dick on a regular basis.We both disappear from the bar scene cause this woman wants to suck and fuck every single night. I’m spending less money and Konak Escort not drinking so much cause I’m at her place all the time. Every now and then I’ll get a 40 ounce and sit back and watch a game while she slobs me down. She eventually gives me a key to her place and tells me to come over whenever I want. One day I come to the door, turn the key and enter her apartment. She’s sitting on the coach in a t-shirt and her draws watching some program on TV. I dont even say hello to her as I take off my shirt and walk towards the bedroom. She immediately loses interest in the TV program and picks up the remote and turns off the TV. She’s already expecting me just like any other day. She follows me to the bedroom. I take some things out of my pockets and place them on the night stand. I pull down my pants and jump on the bed, she’s comes to the bed in her t-shirt and draws and starts sucking my dick with as much passion and lust as the first night. I put her in the corner of the bedroom and start fucking her throat like it’s a pussy, she licks my ass, she Kuşadası Escort never complains, never say’s no and never get’s enough. We go into the kitchen and she bends over against the counter, I just love seeing her big ass and huge tits hanging down, she grabs her but cheeks and spreads them so I could see her ass hole. I place my dick in her ass and start ramming. She’s getting excited. Her walls are thick so the neighbors aren’t disturbed. She starts screaming as loud as she can, “FUCK THE SHIT OUT OF MY ASS”, “FUCK THIS MOTHER FUCKIN ASSHOLE”, YEAH, FUCK THIS MOTHER FUCKER, FUCK, even though she justd sucked my dick for an hour she screams, “I’M GONNA SUCK THE SHIT OUT OF YOUR DICK”. I get excited from her dirty talk and drop to the floor and start licking her ass and pussy. She drops to the floor and we start 69 in the middle of the kitchen. We go back to the bedroom and fuck like dogs. She screams, I LOVE THIS MOTHER FUCKING DICK”. The woman continues to suck my dick on a regular basis. Labor day, people are out at parks, pic-nics and forest preserves, back yard bar-be-ques, she’s sucking my dick. People are doing their Christmas shopping, going to Christmas party’s, wrapping gifts, she’s sucking my dick. It’s Superbowl Bowl Sunday, people are gathering at sport bars, hosting partys at home, her living room TV isn’t even turned on, she’sucking my dick. We live happily ever after. THE END.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

kurtköy escort erotik film izle escort ümraniye rus escort otele gelen escort şişli escort sincan escort keçiören escort bahçelievler escort kayseri escort escort ankara gaziantep escort gaziantep escort tuzla escort izmir escort izmir escort izmir escort kocaeli esgort kocaeli escort kocaeli escort Escort istanbul travesti istanbul travesti istanbul travesti ankara travesti mecidiyeköy escort şişli escort Ankara escort bayan Ankara Escort Ankara Escort Rus Escort Eryaman Escort Etlik Escort Sincan Escort Çankaya Escort bakırköy escort taksim escort istanbul escort mersin escort erzincan escort erzurum escort eskişehir escort giresun escort gümüşhane escort hakkari escort hatay escort ığdır escort ısparta escort istanbul escort numberoneescorts.com muğla escort ensest hikayeler hurilerim.com eryaman escort demetevler escort kuşadası escort bayan Escort bayan Escort bayan bahisu.com girisbahis.com escort görükle escort escort escort escort travestileri travestileri bahis forum balçova escort alsancak escort gaziemir escort bornova escort konak escort buca escort karşıyaka escort mersin escort batman escort bayburt escort bartın escort ığdır escort bilecik escort manisa escort mersin escort muğla escort ordu escort osmaniye escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort xnxx Porno 64 alt yazılı porno bursa sınırsız escort bursa escort bayan porno izle bursa escort görükle escort antalya escort Anadolu Yakası Escort Kartal escort Kurtköy escort Maltepe escort Pendik escort Kartal escort şişli escort istanbul travestileri istanbul travestileri ankara travestileri ankara travesti linkegit webmaster forum canlı bahis illegal bahis illegal bahis kaçak bahis canlı bahis güvenilir bahis